Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

la langue créative de l'état civil

par GABY 28 Février 2009, 08:57 1-GENEALOGIE: LES ORIGINES




      Quand on fait des recherches dans les archives, on est si intéressés par  les informations qu'on trouve, qu'on ne prête pas trop d'attention à la manière dont elles sont rapportées. Et pourtant le langage utilisé dans les actes nous donne encore d'autres éléments de connaissance sur nos ancêtres et le moment historique dans lequel ils évoluaient. Cet article n'est pas une étude sur le langage des actes mais un divertissement pour passer deux minutes .....
  D'abord la graphie des mots, qui peut être une faute d'orthographe ou dépendre d'un usage:
 
Habitans de St Flour
Interdict
Ensuitte
Deffense
Ensevelirre

les comparans


Puis des constructions qui pouvaient dépendre d'une manière de s'exprimer en vogue dans une certaine région :
frère à, fille à, fils légitime à , épouse à,
son plus près voisin
le jour d'hier

sa maison d'habitation....( à quoi sert une maison sinon ?)

Personne ne fit conte

par devant nous

s'est accouchée


Ou de vrais fautes d'accord:

Les cimetières qui nestoit point clos

sont comparu

Maison situé


J'ai trouvé dans un acte de mariage, cette jolie graphie de publications:
publiquations


à suivre



commentaires

monique 28/06/2009 17:13

Je te donne mon EMAIL nous pourrions correspondre si tu veux bien sur, je t'enverrai de joli diapos sur ALGER. Bisous de Montpellier :tequellou@free.frMaminou

GABY 29/06/2009 10:29



merci Maminou, on se fera un petit coucou de temps en temps
bises



vespcondove 05/03/2009 13:53

Le mois de mars un grand mois : le printemps

Alrisha 03/03/2009 11:42

Pour un passé vraiment très proche: "le jour d'hier" est une jolie formule."Sa maison d'habitation" est du langage courant par chez nous.Quant à "Par devant nous", c' est une formule très usitée dans les actes notariés ou les actes de mariage encore de nos jours.Bises Gaby, passe une bonne journée!

Quichottine :0010: 02/03/2009 10:00

L'orthographe n'a pas été fixée tout de suite... et tant qu'il n'y avait pas de dictionnaire ou de grammaire pour nous l'indiquer, il n'y avait pas faute. Pour finir, je me demande si je n'aurais pas aimé pouvoir écrire à mon gré... surtout lorsque mes doigts s'emmêlent ! C'est un super article ! Bonne semaine, Gaby !

Gwen 02/03/2009 01:18

Ton article me donne une idée ; je vais scanner et mettre sur le blog l'acte de mariage d'une ancêtre Madeleine Catrou. A croire que le scribouillard de service s'est torturé les méninges pour écrire différemment son patronyme.L'imagination ne manquait pas non plus lorsqu'il s'agissait de nommer un enfant trouvé. Les petits malheureux affublés de noms grotesques ne pouvaient même pas se plaindre.Gwen

Haut de page