Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

la tour ...prends garde...

par GABY 6 Février 2008, 09:00 2- CHRONIQUES FLORENTINES

undefined



 

 

     




        Du XI° jusqu'au XIV° siècle (le bas Moyen Age), les grands propriétaires terriens, dans les campagnes toscanes, se  disputaient  la suprématie sur la ville de Florence. Ces luttes ensanglantaient la localité où des bandes, à la solde des puissantes familles, s'opposaient continuellement... Pour concrétiser et rendre visible leur puissance, les vainqueurs construisaient, en ville, des tours de plus en plus imposantes, car ils "jouaient" à qui l'avait plus ...haute !
       On enregistre les premières tours vers l'an 1000. A la fin du XII° siècle, on comptait une cinquantaine
de tours. Au XIII° siècle, on en comptera plus d'une centaine. Leur hauteur variait de 25 à 65 mètres. Les tours, construites comme symbole de puissance et de stabilité économique de la famille dont elles portaient le nom, servaient aussi comme défense contre les incursions des ennemis, appartenant aux autres factions, dont on surveillait tous les mouvements du haut. 

        Au début du XIII° siècle, les factions se polarisèrent autour de deux grands partis, les Guelfes (alliés du Pape) et les Ghibellins (alliés de l'empereur germanique).

      Le sport préféré des vainqueurs était d'abattre la tour des ennemis vaincus. Ce qui n'était pas aussi facile que l'on croit, car il fallait une technique spéciale pour ne pas faire s'écrouler en même temps la tour ennemie et la vôtre ! On plaçait à la base, dans un angle, un système d'épaulement avec des poutres et on démolissait cet angle de la tour en controllant la direction de sa chute. Autour des poutres, on plaçait des brindilles de bois auxquelles on donnait le feu. Quand les poutres brûlaient, le soutien de la tour s'affaiblissait et elle s'écroulait. Il fallait faire vite, en général une journée, pour ne pas permettre aux ennemis de la reprendre...
     De cette période épique, il ne reste que des morceaux de tours, en général la partie inférieure imbriquée dans les constructions successives. 
     La tour des Buondelmonti est l'une de celles qui a survécu jusqu'à nos jours. Malheureusement, il est difficile de la photographier à cause de son emplacement dans une rue très étroite et peu éclairée par la lumière du jour.



Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
-
Et voilà pour finir une petite chanson sur le thème...

--Les gardes--
La tour, prends garde (bis)
De te laisser abattre.
--La tour--
Nous n'avons garde (bis)
De nous laisser abattre.
--Le colonel--
J'irai me plaindre (bis)
Au duc de Bourbon.
--La tour--
Va-t-en te plaindre (bis)
Au duc de Bourbon.
--Le colonel--
Mon duc, mon prince (bis)
Je viens à vos genoux.
--Le duc--
Mon colonel (bis)
Que me demandez-vous?
--Le colonel--
Un de vos gardes (bis)
Pour abattre la tour.
--Le duc--
Allez mon garde (bis)
Pour abattre la tour.
--La tour--
Nous n'avons garde (bis)
De nous laisser abattre.
--Le colonel--
Mon duc, mon prince (bis)
Je viens à vos genoux.
--Le duc--
Mon colonel (bis)
Que me demandez-vous ?
--Le colonel--
Deux de vos gardes (bis)
Pour abattre la tour.
--La tour--
Nous n'avons garde (bis)
De nous laisser abattre.
--Le colonel--
Mon cher fils (bis)
Pour abattre la tour.
--Le duc--
Je vais moi-même (bis)
Pour abattre la tour.

 

--

 

commentaires

Bohnita 23/04/2008 17:54

Comme tu m'en a informée, je suis venue voir cet article qui est bien plus complet que le mien ! J'ai bien aimé lire ton bonus de la description des techniques de "sabotage". Merci pour ce complément d'information.Et puis je ne savais pas qu'il restait des tours ou vestiges à Florence. Dommage, si nous avions su auparavant, nous aurions pu les montrer aux élèves lors de notre voyage le mois dernier... Je t'embrasse en te souhaitant une bonne fin de journée, à bientôt !

sieglind la dragonne 08/02/2008 08:06

Je savais pour les tours abattues.. mais le cliché de la survivante coincée comme une raquiche dans un ratelier trop serré, est sympa... on a plutôt l'impression que c'est une bicoque à la façade étroite (en Charente, il y a en beaucoup de faxades à une fenêtre, rien que celle de ma mémé) Bonne journée et merci du passage, désolée pour le retard, j'étais absente de quelque connexion que ce soit hier et merci encore pour l'offre, l'italien ça roule, l'espagnol aussi, l'allemand, on s'y replonge.... par contre, si tu maîtrises le russe, ça m'évitera d'y fourrer mon nez si je veux aborder Boris en "slavotich" hé, hé

Fancri :0044: 08/02/2008 07:17

Bonjour, bon vendredi dans la tour  lolbises!

Annick 08/02/2008 03:43

je ne connaissais pas tous les couplets de la chanson...belle tour!!!en ce moment,j'ai une amie de Paris chez moi.....le carnaval est fini...mais nous allons balader...j'essaye de poster tous les jours....mais je visite seulement 2 blogs par jour...c'est ton tour aujourd'hui...gros bisous...

jackline :0059: 08/02/2008 00:24

Des tours et des détours...et des tours qui prennent plus garde..celle-ci est bien lugubre..j'aimerai pas trop habiter la-dedans, je te dis pas les escaliers..lol..bisous :0010:

Haut de page