Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

mon AAGP le proscrit (III° partie)

par gaby 31 Octobre 2008, 05:49 1-GENEALOGIE: LES ORIGINES



        Le 6 janvier 1852, Finateu est interrogé à Perpignan au tribunal de première instance. Le greffier assermenté, dont le nom est illisible,  verbalise l’interrogatoire : on lui demande s’il faisait partie d’une société secrète. Il répond que non. Le greffier observe qu’il a cependant fait des aveux devant le maire. François Joseph Antoine répond par une justification, qui n’a dû convaincre personne, qu’on l’avait gardé avec d’autres interpellés de jeudi à dimanche  dans une pièce de la mairie où « le bruit qu’on y faisait, le boire et le fumer l’ont tellement fatigué qu’il ne savait plus ce qu’il disait ». Son interlocuteur lui rétorque qu’il a été indiqué comme ayant fait recevoir « quelqu’un, il y a trois mois, dans la société secrète de Pia ». Il répond que c’est faux. Le court interrogatoire se termine sans autre forme de procès par une accusation:
« Vous êtes accusé de complot dans le but d’exciter à la guerre civile et d’avoir fait partie d’une société secrète ». La seule réponse de l’accusé est :  « C’est à tort ».. 

             
D’abord interné à Perpignan, de décembre 1851 à mars 1852, il est ensuite envoyé à Toulon au Fort Lamalgue.

 

 

 

document du service de santé de la grande armée

             Au moment de la décision pour son internement définitif, la déportation à Cayenne est commuée en Algérie +. Probablement, il n’y avait pas assez de preuves pour une condamnation au bagne ....Mais en Algérie, il fera encore deux ans de prison à Koléa ( que l’on écrivait Coléah). 

                        A la suite de quoi, sa femme et ses 4 enfants viendront le rejoindre. Plus tard mon arrière-grand-mère, sa fille Françoise Finateu, rencontrera un lorrain de Saint Mihiel (55)Alexandre Dourin à Boufarik et ils se marieront en janvier 1863. D’autres membres de la famille Finateu étaient eux aussi "descendus" en Algérie. Est-ce pour le rejoindre? On ne le saura jamais.... 

--

Lettre de Françoise Séguier- Finateu au Prince Président pour le "supplier " d'accorder la grâce à son mari condamné.....

 

transcription:

Pia, le 31 mars 1852

au Prince Président de la République Française

Monseigneur

Permettez à Françoise SEGUIER femme de Joseph Antoine Finateu agriculteur à PIA canton de Perpignan, de vous supplier d'avoir la bonté de faire grâce à son mari qui arrêté depuis 4 mois se trouve en ce moment à Toulon au fort Lamalgue...Son départ a plongé dans la plus affreuse misère sa femme et ses 4 enfants, dont l'ainée n'a que 8 ans, et qui n'avaient pour toute ressource que le produit de son travail....Finateu a toujours eu une conduite irréprochable jamais la moindre plainte n'a été portée contre lui, il a servi avec honneur la Patrie, entré au 30 ° de ligne le 19 septembre 1834 il a été libéré le 9 janvier 1839 .....

commentaires

Annick 07/11/2008 18:39

alors ton  AAGP  a échappé à "Cayenne"son histoire ne manque pas d'intéret...me voici rentrée mais un peu "submergée"...bisous.

jackline la Kôpine :0059: 05/11/2008 00:05

Un bisou du soir...à bientôt :0010:

serge 04/11/2008 18:28

je viens finir de lire l'histoire ... en ce temps  là  le respect de la valeur  humaine  n'existiat et les puissants avaient toujours raison bonne  soirée bisous

clo 04/11/2008 18:16

Je pense qu' en tombant sur de telles archives ton cœur a dû battre la chamade. Ton ancêtre a évité Cayenne, mais le bagne de toulon, puis l' Algérie n' étaient certainement pas des centres de loisir :(Mais c' était une destination plus  "accessible"  pour sa famille.As-tu d' autres infos sur lui passée cette date ????Merci Gaby pour cette tranche d' histoire:)

Bohnita 03/11/2008 23:04

Si j'ai bien compris : ton AAGP en échappant aux travaux forcés du bagne est devenu un prisonnier et colon "forcé" en Algérie. La lettre de ton arrière-grand-mère au président de la république est émouvante et digne. Que de difficultés dans ta famille durant cette période...Bise Jacqueline, à bientôt...

Haut de page