Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le père DESBUQUOIS

par gaby 6 Avril 2007, 07:00 4-COUFFIN- SOUVENIRS d'ALGERIE

 




Un homme qui a marqué l'enfance de beaucoup d'entre nous, ,jeunes algérois des années 50, une personnalité charismatique que ceux qui l'ont connu ne pourront pas oublier....
Voilà sa vie racontée par un presque homonyme, Marc DUBUQUOIS en 1976, dans le journal "Patro-quand même" fondé par Marcel JAUFFRES de la rue Duc Des Cars à Alger.


Le chanoine Emile DESBUQUOIS
et sa signature en 1952




Il était issu d'une famille du Nord aussi modeste que méritante...
Son arrière grand-père Jean-Baptiste était né en mai 1770 à MOUVAUX (Nord), arrondissement de Lille, canton de Tourcoing. Il était tisserand dans cette ville. En 1801, Jean-Baptiste épouse Victoire Josèphe MAHIEU. Ils ont 9 enfants dont Paul-Joseph.
Son grand-père Paul-Joseph DESBUQUOIS, né le 25 janvier 1808 à Tourcoing, est d'abord fileur puis tisserand. Il épouse Marie-Anne PICAVET dont il a deux enfants à Roubaix.
Le père d'Emile, Jean-Baptiste DESBUQUOIS, né le 22 avril 1837, à Roubaix, sera lui aussi fileur puis tisserand. En 1868, il épouse Marie Sophie HAQUETTE de 9 ans sa cadette. Ils auront plusieurs enfants dont Emile DESBUQUOIS, né en 1876, et ses trois soeurs Léonie, Marie et Hélène, qui sera religieuse de Saint Vincent de Paul.
Un cousin du Père DESBUQUOIS, le Père Gustave DESBUQUOIS, né en 1869 à Roubaix, a été le fondateur de l'Action Populaire et son rayonnement a dépassé nos frontières.
Emile DESBUQUOIS est d'abord missionnaire en Kabylie et au Sahara. Il a été en relations avec le Père DE FOUCAULD et il conservait pieusement des lettres de son illustre correspondant mort en 1916. Mais dans ces postes difficiles et malsains, sa santé est mise à dure épreuve et il doit quitter les Pères Blancs.
Le 17 octobre 1909, Emile DESBUQUOIS entre au diocèse d'Alger. Il est d'abord curé de DUPERRE, petite ville à 110 kms d'Alger.
Le 1 juillet 1910, il est nommé Vicaire de la paroisse de l'église Saint Charles à Alger où il restera 21 ans et où il fondera le patronage de ST Charles.
Il est mobilisé le 2 août 1914 et jusqu'en 1919, il est à la 45° division. Il recevra la croix de guerre avec citations...
IL a alors un grand projet en tête: fonder une paroisse . Mais ses moyens sont dérisoires . Il a conservé de solides attaches dans le pays de sa famille et avec les généreux mécènes qui ont édifié à Alger l'église dite espagnole et aidé de leurs deniers la construction de l'église St Charles, dont il est le vicaire. Le chevalier Charles-Albert de HARENNE et sa digne épouse Madame de HARENNE née TREWAGNE, qui provenaient de la province de Liège en Belgique, lui apporteront l'aide morale et matérielle dont il avait tant besoin.
C'est de la villa du Télemly, dite "des dames belges " autre propriété de ses mécènes que le Père surveillera la construction de la future église Sainte Marcienne. L'église, construite en style mauresque comme la majorité des constructions de l'époque, s'élève dans un ravin, face à l'Institut des Sourds et Muets.

le port vu de la maison des dames belges la terrasse de la maison des dames belges au Télemly
Sainte Marcienne, la façade sur le Télemly l'église vue du viaduc

L'Archevêque d'Alger, Monseigneur LEYNAUD, inaugure le 12 avril 1931, l'édifice tout neuf consacrée à Marcienne, la jeune chrétienne, glorieuse martyre kabyle de Cherchell. C'est aussi le nom de la fille des bienfaiteurs de HARENNE, et d'autre part nous trouvons une autre coincidence: Mme de HARENNE est originaire d'une commune qui s'appelle MARCHIENNES....
Toutes les associations déjà créées, qui regroupent jeunes gens et jeunes filles, la chorale, l'orchestre, les dames de charité etc... n'ont plus qu'à continuer leurs activités autour de l'église toute neuve.

Le 24 mai 1936, notre curé est nommé chanoine honoraire par Mgr LEYNAUD. Ses soeurs, Léonie et Hélène l'aident et l'appuient de toutes leurs forces dans son action.


le mariage d'Andrée S.
le baptème de Pierre S.

Sous la pression de Mgr DUVAL le nouvel archevêque , il démissionne de sa charge de curé à 82 ans, le 22 octobre 1958, ce qui provoque une mini-révolution dans la paroisse. Son successeur le gardera près de lui, dans l'église qu'il avait édifiée, jusqu'à la fin de ses jours.
En 1961, il célèbre ses noces de diamant dans la plus stricte intimité: il détestait les honneurs et puis la période n'est guère aux festivités.....Il assiste, impuissant, aux départs de ses fidèles et après mille vexations qu'il supporte stoiquement de la part des nouveaux occupants qui ne respectent plus sa barbe blanche, il s'éteindra à 88 ans, le 4 novembre 1964....
Il repose près de ses frères Pères Blancs au cimetière de Maison-Carrée et dans le coeur de ceux qui l'ont approché et aimé.






commentaires

RENAUT 24/04/2012 23:15


Mon mari, récemment décédé, est un descendant de la famille Desbuquois.


Il m'avait un peu parlé du Père Emile mais j'aimerais avoir le plus de renseignements possibles sur sa vie et me procurer des photos si possible.


Tout renseignement et contact seront les bienvenus. Merci d'avance.


Hedwige

Sabine 29/04/2011 16:04



Bonjour,


 


Je travaille sur les saints d'Afrique du Nord et je viens de découvrir l'existence de ce père et de cette église. Savez-où où je pourrais trouver des informations supplémentaires sur l'histoire
de la construction de Sainte-Marcienne ?


Bien à vous et merci d'avance !



GABY 30/04/2011 11:58



allez sur ce lien vous verrez l'histoire de cette sainte


 


http://esmma4.pagesperso-orange.fr/stemarc.htm


 



andrée saupagna 07/04/2007 08:04

Merci Gaby de nous faire revivre notre enfance à Ste Marcienne. Très souvent je pense à l'Abbé qui a vraiment marqué notre vie. Sous son air bourru il savait comment s'y prendre avec les jeunes. Bises et à plus

gaby 07/04/2007 09:20

salut Andrée dis moi s'il faut ajouter qq chose , d'autres photos si tu en as ?G:0059:

margot 06/04/2007 20:32

Ma Gaby...chapeau!!C'est parfait!!Excellent et émouvant parcours de l'homme et de l'édifice.Bises

gaby 07/04/2007 09:18

merci Margot. tu m'appelles?Bises.G:0059:

Haut de page